INFORMATIONS SUR LES ANALYSES

Coproculture


COTATION

B 180.


BUT

Faire le diagnostic étiologique d'un syndrome gastro-intestinal d'origine bactérienne. Plus rarement, rechercher un « porteur sain » de germe pathogène.


PRINCIPE

Isoler et identifier un germe pathogène dans les selles.


RÉALISATION PRATIQUE

Le prélèvement de selles fraîches peut être fait en laboratoire ou à domicile. L'ordonnance spécifie les recherches particulières. Si le recueil est effectué à domicile, les selles doivent parvenir le plus rapidement possible au laboratoire, à température ambiante, dans un délai n'excédant pas 3 h. Dans tous les cas, le récipient doit être propre et muni d'un couvercle mais pas nécessairement stérile.


RÉSULTATS

À l'état normal, les selles d'un adulte contiennent 1011 à 1012 bactéries/g. La coloration de Gram montre une flore dite équilibrée sans prédominance bactérienne.


CAUSES D'ERREURS

Demande mal formulée. Transport supérieur à 3 h.


INTERPRÉTATION ET INTÉRÊT

En pathologie, la coloration peut montrer :
    -    une abondance anormale de leucocytes signant une diarrhée de type invasif ;
    -    un déséquilibre de la flore en faveur d'un germe ; la culture avec isolement, identification et éventuellement antibiogramme d'un germe pathogène demande un minimum de 72 h.
Parmi les très nombreuses espèces bactériennes de la flore, seules certaines doivent être prises en considération comme agents pathogènes :
    -    Salmonella et Shigella, recherchées systématiquement, mais aussi Yersinia enterocolitica et campylobacter, sont responsables de diarrhées de type invasif ;
    -    certaines souches d'Escherichia coli, douées de pouvoir pathogène (entéro-invasif ou entéro-toxinogène) ; elles ne sont recherchées que sur demande et dans 2 circonstances particulières : épidémies de crèche et éventuellement chez un voyageur revenant du Tiers-Monde ;
    -    Clostridium difficile, plus exceptionnellement Staphylococcus aureus, responsables de colites pseudomembraneuses liées à une antibiothérapie ; ils sont recherchés sur demande ;
    -    Vibrio cholerae : n'est recherché que sur demande.
Les autres espèces que l'on peut trouver n'ont pas de signification pathologique (Pseudomonas, différentes entérobactéries, streptocoques, Candida albicans) en dehors d'une prédominance massive à la coloration de Gram comme cela se voit dans les exceptionnelles diarrhées à Candida.
Si la coproculture est « négative » (absence des pathogènes cités), s'assurer que le laboratoire a recherché les différentes espèces pathogènes ou évoquer une cause virale (en particulier rotavirus) ou parasitaire.
Cet examen est indispensable pour le diagnostic étiologique certain des diarrhées bactériennes. Cependant, en cas d'intoxication alimentaire, les bactéries responsables ne sont généralement pas retrouvées à la coproculture.


M.-C.E.

© Initiatives Santé